Tous les articles par lesdelos

C’est bon pour les oreilles

Il y a quelques temps, lors d’une discussion où je voulais encore avoir raison – oui c’est une manie chez moi, j’ai tendance à toujours vouloir avoir raison, j’ai en même temps rarement tort. J’adore parlais de moi de la sorte, cela énerve grandement mes interlocuteurs qui ont souvent tendance à prendre pour argent comptant mon attitude condescendante mais totalement ironique sur mon prétendu statut de personne imbuvable et méprisante : bref je jubile intérieurement ! Mais ne nous égarons pas. C’est donc en discutant musique avec une personne voulant toujours avoir raison et pensant détenir LA vérité. Nous parlions de zaz (avec deux petits z comme zanzibar), j’exprimais tout mon fiel à l’encontre de cette « artiste », quand vint la question : « Mais toi, tu écoutes quoi ? ». « – Ben de tout ! ». « – Non, mais soit plus précis ». Je sens arrivé, le moment fatidique où cette personne va me dire : « Ben tu vois, toi aussi tu écoutes des trucs pas terribles ». Mais je m’engm’engouffre dans la brèche. Je fais un rapide listing, tout y passe, ça va de Pink Flpyd aux Rolling Stones en passant par Nino Ferrer, Cali, The Black Keys,  The Avett Brothers,  the stone foxes, Brel, Ray Charles, Cypress Hill, The Beastie boys, les têtes raides, les ogres de Barack, la tordue, la rue kétanou, Yoko Kanno, Geinoh Yamashirogumi… et tellement d’autres ! Je ne peux me résigner à n’écouter qu’un seul style. Cela reviendrait pour moi à ne manger qu’un seul plat, impossible, je veux goûter à tout. Je veux me cultiver, découvrir, avoir le choix d’aimer, d’adorer ou de détester. Mais zaz franchement… non !

Tout ça pour vous dire que je vais ajouter sur cet article, au gré de mes écoutes du jour une pochette d’album et mon ressenti du moment à l’écoute de celui-ci.

Alors en ce lundi 26 mars 2018, on commence par The Black Keys et l’album Brothers sorti en 2010. 

Que du bon, voir du très bon. C’est bien produit, c’est bien construit. Chaque morceau a sa place, rien à jeter. C’est plein d’énergie… et ça fait du bien aux oreilles. 

The heavy – The house that dirt built.

Gros coup de coeur du moment, un mélange de pas mal de sonorité. Des clins d’oeil à pas mal de groupes ou de musiciens, beaucoup d’influences dans des genres différents. Et ça prend, même plutôt bien. On est très loin de la pop mielleuse et insipide, ici c’est sombre et plein de force. Ça donne la pêche en tout cas.

ex

Télécharger et installer kdenlive

Salut à tous, en express, voici comment télécharger et surtout installe kdenlive.

1. Télécharger l’application à l’aide du lien suivant : kdenlive

2. Décompresser le fichier à l’aide de 7zip, à télécharger avec le lien suivant : 7zip.

3. Ensuite télécharger le dossier suivant : FFmpeg shared.

3. Dézipper le dossier.

4. Copier tout le contenu du dossier bin de FFmpeg (contenant des fichiers .dll et .exe) dans le répertoire kdenlive-windows – écraser tous les fichiers existants.

5. Copier le dossier presets de FFmpeg dans le répertoire kdenlive-windows.

6. Démarrer Kdenlive en cliquant sur kdenlive.exe dans le répertoire kdenlive-windows fermer l’application puis la redémarrer.

 

 

Conception de la partie mécanique du robot.

Au début, j’ai voulu utiliser Sketchup, surtout par habitude et je ne voulais pas me plonger dans l’utilisation d’un nouveau logiciel… mais j’ai fini par craquer en découvrant FreeCad et en m’amusant un peu avec. J’avoue que j’avais déjà essayé de l’utiliser il y a quelques années, mais j’avais rapidement abandonné, entre ma machine pas assez puissante et le logiciel qui planté très souvent. J’ai retrouvé la philosophie de SolidWorks, c’est à dire travailler avec un arbre de construction, et surtout en paramétré. C’est d’une souplesse infini, surtout si l’on est rigoureux… et d’ailleurs tiens, cela ne serait-il pas bon un peu de rigueur pour nos élèves ? Cela fait également à pas mal de notion de géométrie dans l’espace… alors banco ! C’est parti !

Bon, j’avoue qu’il a fallu environ une dizaine d’heure pour bien maîtriser ce logiciel, mais je ne suis pas mécontent du résultat. Réaliser différentes pièces est un vrai plaisir, et aussi d’une facilité déconcertante. J’adore !

VFR !

Une petite séance photos avec Mickaël, bon OK, pas tout à fait… c’est sa moto qui a servi de modèle. Finalement, ce n’est pas si évident que ça, il faut vraiment bien se triturer les méninges pour capter ce qui doit être mis en évidence.
Pour le coup je me suis fait plaisir, le but était vraiment de pouvoir être efficace  lors d’un prochain shooting.
J’ai vraiment apprécié, c’est vrai que c’est impressionnant ces petites bêtes !
Vivement la prochaine !
Et surtout un grand merci à Mickaaaaaa pour sa patience et sa gentillesse 😀